04/11/2015

Où êtes-vous?

Je ne surprendrai sans doute personne en disant que ce blog ne bat pas des records de fréquentation; le sujet et l'irrégularité des mises à jour font qu'il ne sera probablement jamais un blog "grand public" et j'en ai pris mon parti. Le fait d'être - à ma connaissance - le seul blogueur français spécialisé dans le roman d'énigme me console, ainsi que le fait que mon audience, pour réduite qu'elle soit, est authentiquement internationale: si le gros de mes lecteurs sont anglo-saxons, je reçois également des visites de pays plus inattendus tels que l'Italie, le Portugal, la Russie, la Pologne, le Japon, la Malaisie... C'est très gratifiant. Mais il y a une ombre au tableau, comme toujours du reste. Un pays persiste à me bouder. Le mien.

Soyons juste: je reçois de temps en temps la visite de compatriotes, mais il s'agit le plus souvent de visites uniques et via Google: quelqu'un par exemple fait une recherche sur Noël Vindry, tombe sur l'article que je lui ai consacré, le lit et s'en va pour ne plus revenir.  Je ne fidélise pas ma clientèle. Bien sûr, le fait que j'écrive pour une grande part en anglais n'arrange pas les choses - mais même mes billets en français n'attirent personne! 

Peut-être est-ce aussi une question de visibilité et de "publicité". Il n'y a pas beaucoup d'endroits sur le web francophone pour faire la réclame d'un blog comme le mien - j'ai un fil dédié sur le forum Paul Halter et une présence sur Facebook mais c'est bien tout. Et bien sûr il y a le problème, déjà évoqué plus haut, de mon irrégularité - six articles pour la seule année 2015! - et ma tendance plus ou moins inconsciente à privilégier le lectorat le plus nombreux...

C'est d'autant plus frustrant que si j'aime l'anglais et apprécie le lectorat "universel" qu'il m'apporte, je préfère de loin m'exprimer dans ma propre langue où je suis infiniment plus à l'aise. Alors que faire? Lecteurs francophones qui par ici passez, je suis tout ouïes à vos suggestions. 


1 commentaire:

Anonyme a dit…

Nul n'est prophète en son pays, c'est bien connu.
Quant à la faible fréquentation, peut-être effectivement, le peu d'articles... en français.
Vous pouvez toujours compter sur mon passage.